Shared Mobility Rocks : don’t stop us now !

Vous êtes amateur de rock ? Chez Taxistop et Autodelen.net, on l’est assurément ! C’est d’ailleurs ce genre musical qui inspire le thème du symposium international Shared Mobility Rock, dont la seconde édition a eu lieu ce 8 octobre 2019. Plus de 50 experts internationaux y ont partagé leurs bonnes ondes et leurs perspectives sur les thèmes de la mobilité partagée à près de 300 visiteurs. Vous n’étiez pas des nôtres ? C’est le moment de s’y replonger !

Bruxelles, un mardi matin nuageux et pluvieux. Contrastant avec la météo automnale, une ambiance bien plus ardente a enveloppé le Brussels Event Brewery ce 8 octobre. Cette ancienne usine d’embouteillage (pour un événement mobilité, ça ne s’invente pas !) à l’atmosphère underground constituait le décor idéal pour coller à la thématique rock donnée à ce rendez-vous désormais incontournable de la mobilité partagée. Salles aux murs de briques sombres, éclairage tamisé, spots rouges, mur de vinyle… tout y était !

One. Two. One, two, three, four !

Le coup d’envoi de cette seconde édition a donné le ton de la journée. Angelo (Taxistop) et Jeffrey  (Autodelen.net) ont en effet invité les participants à prendre part à un quiz musico-mobilité. A gagner : une paire de Shared Mobility Socks ! De quoi compléter la panoplie des groupies de la mobilité. Cette mise en bouche a précédé l’accueil des deux têtes d’affiche de la journée : Philippe Crist (ITF, Paris) et Max Schwitalla (Studio Schwitalla, Berlin). Philippe Crist – pointure du monde de la mobilité – conseille notamment les villes pour préparer la mobilité de demain. Quant à Max Schwitalla, il a évoqué le futur des développements urbains par le biais de la micro-mobilité dans les quartiers.

Ces interventions inaugurales ont été clôturées par l’artiste Primitiv, figure actuelle du paysage beatbox, qui a terminé d’énergiser le public avec une session rythmée de percussions vocales. Impressionnant !

Une affiche internationale

Comme dans un festival, les visiteurs ont pu déambuler de scènes en scènes au cours de la journée. Un programme varié – en français, néerlandais et anglais – a permis de mettre sous les projecteurs des thématiques mobilité sous la forme de jam sessions et de laboratoires interactifs : les potentialités de la micro-mobilité, la manière d’intégrer la mobilité partagée dans les projets de construction et dans les villes, les solutions aux demandes de mobilité rurale, le MaaS (Mobility-as-a-Service), les Mobihubs, et bien d’autres thèmes encore.

Si le Shared Mobility Rock porte une empreinte bien belge, l’ouverture à l’international était bel et bien présente. Plusieurs experts internationaux se sont en effet déplacés de France, de Grande-Bretagne, d’Allemagne ou encore des Pays-Bas pour partager au public leurs expériences et connaissances en termes de mobilité partagée.

La mobilité partagée, underground ou mainstream?

Les ponts entre la mobilité partagée et le rock sont plus faciles à dessiner qu’il n’y paraît. À l’instar du rock, la mobilité partagée est un thème qui repousse les limites, en faisant la démonstration que les choses peuvent être faites autrement. Si elle souffre encore parfois d’une image plutôt péjorative – comme le rock a pu y être confronté en son temps – la scène de la mobilité durable trace sa route pour se hisser toujours plus haut dans le hit parade des sujets de préoccupations de nos sociétés.

La mobilité partagée, bientôt mainstream ? Ce n’est peut-être pas encore pour tout de suite. Mais, chez Taxistop et Autodelen.net, on y croit ! Yeah !